Nos Vins




Voir la fiche PDF

NUITS-SAINT-GEORGES 2022

pour connaître les détails d’un millésime, cliquez sur l’année de votre choix
2020   2021   2022  

ORIGINE


Au cœur des communes viticoles de la Côte de Nuits, entre Beaune et Dijon, Nuits-Saint-Georges comprend deux parties : le nord, de Vosne Romanée à la combe de la Serrée est une zone de coteaux ; le sud jusqu’à la commune de Premeaux est une aire de plateaux.

Ce vignoble s’étend sur environ 300 hectares. La production est d’environ 15 000 hl par récolte.

- Sols provenant des limons à cailloutis descendus de la Côte et des alluvions du Meuzin. Limons marno-calcaires provenant de la combe des Vallerot avec en allant vers le sommet, le rocher qui affleure.
- Orientation Sud-Est et Est.
- Pente douce à abrupte.
- Altitude entre 240 et 300 m.


CÉPAGE


Le Pinot Noir est le cépage unique des Nuits-Saint-Georges.

- 10 000 pieds/ha
- Taille guyot
- Vendange manuelle
- Rendement 40 hl/ha
- Elevage de 12 mois en pièces de chêne français.


VINIFICATION ET ÉLEVAGE


Vinification traditionnelle : la vendange, éraflée, macère à froid 3 à 4 jours avant de fermenter. Un remontage et deux pigeages quotidiens sont effectués pour optimiser l’extraction des bons tanins. La fermentation dure 15 jours. Après assemblage des jus de goutte et jus de presse, le vin est logé en fûts (dont 30% de fûts neufs) pour un élevage sur lies durant 12 à 15 mois. La fermentation malolactique y a lieu et est conduite à 100%.


NOTES DE DÉGUSTATION


Robe rubis profonde avec des reflets violines.

Le nez est puissant et riche avec des notes épicées auxquelles se mêlent des arômes de petits fruits rouges.

La bouche est ronde, riche et complexe avec des tanins bien présents et racés. Elle associe des arômes fruits noirs avec en finale un boisé subtil.


ACCORDS METS ET VINS


A servir avec une gigue de chevreuil, de la viande de canard et en général sur des viandes rouges rôties ou en sauce. En fin de repas, à déguster avec un Coulommiers suivi d’un clafoutis de cerises. A apprécier aussi tout simplement en apéritif.


SERVICE


Servir à la température de 16 à 17 °C.


POTENTIEL DE GARDE


Ce vin qui se déguste bien aujourd’hui, laisse présager une longévité d’une dizaine d’années après son millésime.


Millésime : 2022


Les mois de novembre et décembre 2021 puis janvier 2022 ont été assez pluvieux et les mois de février et mars plutôt frais, ce qui a ralenti la sortie des bourgeons et donc évité les problèmes de gel que nous avions eu l'année dernière.

Le mois de mai a été particulièrement chaud permettant à la floraison de se dérouler dans de très bonnes conditions. Le mois de juin, par contre, a été un peu chaotique au niveau météo puisque nous avons eu des matinées chaudes, puis dans l'après-midi, des orages réguliers et violents, parfois accompagnés de grêle. Mais au final, rien de bien méchant sur notre Bourgogne.

Et puis nous avons eu un stress hydrique qui s'est vite amorcé dès le début juillet pour se poursuivre sur tous les mois d'été, en conséquence de chaleurs très importantes avec sans doute un petit ralenti sur la maturité selon les parcelles.

Bien sûr, tout a été conditionné par le travail dans les vignes, la conduite tenue et la charge de l'exposition. Ainsi, certaines parcelles ont donné un millésime magnifique, alors sur d'autres, le vignoble a plus enregistré cette déshydratation. Les très fortes chaleurs ont bloqué la maturité de manière plus importante par endroit, et il a fallu attendre plus longtemps, reporter la vendange pour atteindre la pleine maturité.

A Chablis, les pluies sont enfin arrivées à partir de la mi-août, avec des bénéfices plus ou moins importants selon les millimètres tombés au sol. Quelques vignerons ont démarré les vendanges alors que le mois d’août s’achèvait, mais pour la plupart la récolte a démarré sur les premiers jours de septembre. Les pluies ont épargné les vendangeurs, choisissant les fins d’après-midi ou la nuit pour tomber. Les feuilles, encore en bonne santé, en ont profité! Cette eau providentielle a limité la concentration des jus et permis aux grappes vendangées d’offrir un bel équilibre entre la richesse en sucres et l’acidité.

Les vendanges se sont achevées la troisième semaine de septembre avec le sourire : ni le gel ni la sécheresse n’ont empêché une production proche de la normale, même si les volumes rentrés pouvaient être hétérogènes d’un domaine à l’autre, certains faisant facilement le plein alors que d’autres n’atteignaient pas le rendement de l’appellation.

Les vins en devenir expriment des notes de fruits murs, de poire, de pêche, tout en gardant de la fraicheur. Ils sont généreux et présentent de beaux équilibres. La qualité est donc aussi au rendez-vous. Après une année 2021 perturbée par une faible récolte, ce millésime 2022 est une vrai bouffée d’oxygène.